retour Ă  la librairie

Les 5 clés de la revitalisation de l’organisme

300 pages
20,00 €

Extrait :

INTRODUCTION

Le terme d'acidose est de plus en plus usité dans le langage courant pour dénoncer de nombreux troubles de santé qui vont de la carie dentaire par déminéralisation à la crampe musculaire par tétanisation en insuffisance calcique.
Cette notion d'acidose est confuse. Il est donc nécessaire d'en faire une présentation adaptée au grand public. C'est là l'ambition de cet ouvrage.
Celui-ci représentera, en réalité, une longue expérimentation dans la lutte contre l'acidose, trouble généralisé de notre siècle. En cela si certaines informations sont destinées à éclairer le grand public, d'autres pratiques originales ne manqueront pas d'interpeller les différents acteurs thérapeutes qui ont à combattre journellement les méfaits de l'acidose.
C'est en fait tout un mode de vie qui devra être modifié pour obtenir une réponse au déséquilibre acido-basique.
Depuis notre naissance, la qualité de notre santé est en continuelle modification. Elle dépend de différentes fonctions : respiratoire, alimentaire, circulatoire, excrétrice, auxquelles s'ajoutent différents besoins en activité physique, intellectuelle et en repos diurne et nocturne (le sommeil).
On comprendra que la résultante santé ou maladie puisse naître, perdurer, se défaire, revenir au gré des équilibres ou déséquilibres générés au cours de l'existence.
L'un des déséquilibres les plus pernicieux consiste justement à créer plus d'acide dans l'organisme, induisant ainsi une toxémie perturbante.
Aussi bien l'alimentation qui apporte trop de produits acidifiants, que le mode de vie stressant généralement enduré, sont à la source de cet excès d'acide que nous aurons la faculté de présenter ultérieurement.
Une trop petite minorité de gens à la vitalité robuste, détruisent cet excès d'acide, mais la plupart des personnes n'y parviennent pas, atteignant alors l'état d'acidose critique, générateur de troubles de santé.
Il existe de nombreux troubles du métabolisme qui génèrent un excès d'acides. En particulier une mauvaise digestion des glucides (céréales, pommes de terre) entraîne un excès d'acide oxalique et d'acide acétique, celle des protéines (viande, fromage, œuf, etc …) procure de l'acide phénylpropionique, de l'acide acétique et de l'acide urique. Celle des lipides ou matières grasses aboutit à la création de la choline et de l'acide phosphorique.
Il n'est pas Ă©tonnant que ces digestions insatisfaisantes engendrent de nombreux troubles, dont on est loin d'attribuer la cause Ă  cette acidose accrue.
L'organisme crée ainsi une toxémie acide qui passe souvent inaperçue jusqu'à l'apparition des troubles. Alors ceux-ci sont "traités", sans tenir aucun compte de leur cause véritable. En fait, ce sont seulement leurs symptômes qui sont masqués, mais la nature profonde de l'acidose subsiste et génèrera d'autres troubles ultérieurement.
L'organisme épuise ses minéraux pour lutter contre cet état d'acidose. L'objet de cet ouvrage est de remédier à cet état dangereux de déminéralisation et de régénérer les diverses fonctions métaboliques de l'organisme afin de parvenir à un équilibre acido-basique satisfaisant, source de santé excellente.

CHAPITRE I

LA QUALITE ACIDO-BASIQUE DE L'ORGANISME

1.Les liquides vitaux

L'organisme représente un lieu de fonctionnement pour l'ensemble des cellules qui le compose. Il doit présenter certains critères pour engendrer la santé. Mais trop souvent son état n'est pas idéal et alors l'acidose peut survenir.
L'environnement des cellules est formé du milieu intérieur composé des deux liquides que sont le sang et la lymphe dont les rôles principaux sont d'apporter les nutriments indispensables au fonctionnement des cellules, puis d'en évacuer les déchets provenant du métabolisme.
Il s'ensuit que la qualité de ces liquides intérieurs aura des répercussions importantes sur la nature de la santé.
Les dysfonctionnements de ces liquides proviennent de leurs deux fonctions principales.

2.Les trois types de carences

Tout d'abord la fonction d'approvisionnement. Les liquides nourriciers apportent les glucides, protides, lipides, sels minéraux et vitamines nécessaires à la vie. Les troubles de la fonction d'approvisionnement sont de deux sortes.
Ces liquides peuvent ne pas comporter tous les éléments nécessaires à la vie des cellules qui présenteront un fonctionnement déréglé, source de nombreux troubles de santé. Il s'agit là d'une situation de carence fort préjudiciable.
Les carences proviennent de trois origines différentes.
Tout d'abord la carence par non approvisionnement. Il est clair que si les éléments indispensables à la vie ne sont pas apportés par l'alimentation, de graves désordres peuvent en résulter.
Dans le second type de carence dite de non assimilation, les nutriments sont bien présents, mais pour des motifs de dysfonctionnement, organique ou fonctionnel, le corps est dans l'impossibilité d'assimiler, c'est-à-dire de digérer et d'absorber les aliments présents dans l'alimentation. Il s'ensuit les même désordres de carence du fait de l'inexistence d'éléments nourriciers absolument nécessaires à la vie de la cellule.
Notons que ce second type de carence est plus dangereux que le premier. En effet, pour corriger celui-ci il suffit d'apporter les nutriments manquants et l'organisme en ressentira les bienfaits immédiatement.
Dans le second cas, même une fourniture abondante ne règle rien puisqu'il n'y a pas assimilation. Il faut tenter de régénérer les fonctions de l'organisme qui sont défaillantes. Et là tout un programme de revitalisation par des moyens naturels, devra être recherché.
Les minéraux sont absolument nécessaires pour maintenir un bon équilibre acido-basique. Il va sans dire que l'absence d'assimilation des minéraux induit l'accentuation de l'acidose, générant de nombreux troubles de santé.
Mais le troisième type de carence est encore plus dangereux. Il s'agit de la carence par non restitution. Dans ce cas, les apports alimentaires sont suffisants, l'assimilation des nutriments qu'ils produisent est satisfaisante et ceux-ci sont donc en théorie, mis à la disposition des nombreuses cellules de l'organisme.
Mais c'est là que se situe le problème, certains de ces nutriments non utilisés immédiatement sont mis en réserve, par exemple le sucre sous forme de glycogène dans le foie et les muscles.
Par suite d'un dysfonctionnement organique ou fonctionnel, ces nutriments bien réceptionnés ne sont pas restitués aux cellules. Il s'agit alors d'une carence grave qui ne peut non plus se corriger par un surapprovisionnement inapproprié des nutriments indispensables.
Dans cette situation, un programme de régénération, organique ou fonctionnelle devra être utilisé, faisant appel à des techniques vitales naturelles, comme l'alimentation atoxique, alcalinisante et respectant les compatibilités alimentaires en alternance avec la pratique de la détoxination par le jeûne,
La vie cellulaire est ralentie en cas de carence légère, mais elle peut disparaître en situation de carence grave.

3.La surcharge toxinique

Lorsque l'organisme est surchargé de toxines, son fonctionnement normal est entravé. Ces déchets peuvent être d'origine externe, apportés par une mauvaise alimentation, créant alors une toxémie exogène. Mais ils sont aussi produits par le métabolisme : par exemple les déchets d'utilisation des protéines sont l'urée et l'acide urique, particulièrement dangereux. De nombreux autres acides (lactique, malique, tartrique) existent à l'état de déchets métaboliques. Ils accroissent l'état d'acidose de l'organisme, induisant une toxémie excessive, génératrice de nombreux troubles de santé.
Ces toxines doivent être évacuées en toute urgence pour éviter l'arrêt de la vie cellulaire et à une plus grande échelle, celui de l'organisme tout entier : la mort.
Les maladies contribuent à l'élimination de ces toxines excessives et dangereuses ; en cela elles représentent des actions vitales pour l'organisme. Nous devrions comprendre la véritable signification des troubles de santé : ce sont des signaux d'alarme qui informent sur l'existence d'une surcharge toxinique.
Notre premier objectif serait alors de contribuer à faire baisser cette toxémie jusqu'à un niveau acceptable qui ne nécessitera plus les troubles observés. Ceux-ci disparaîtront alors, parce qu'ils auront perdu leur raison d'être qui est de réduire la toxémie.
Traiter des symptômes de maladie pour les arrêter, sans se soucier de la toxémie sous-jacente qui les a engendrés peut apparaître à un hygiéniste comme une absurdité. Certes l'apparence de la santé réapparaîtra par l'absence de troubles stoppés. Mais : "chassez le naturel, il revient au galop" dit l'adage populaire. Dans le cas qui nous préoccupe, la toxémie initiale, aggravée par les traitements suppresseurs, réintroduira plus tard de nouveaux troubles de santé (ou les mêmes) et l'on entre alors dans la spirale sans fin de maladie - répression - maladie.
Comme la toxémie excessive est de nature acide, l'apport d'une alimentation largement alcalinisante suffira parfois pour la réduire et de ce fait pour supprimer les troubles de santé.
D'autres pratiques annexes comme la détoxination par le jeûne, la biorespiration complétée par le massage tensionnel contribuent également à faire régresser cette acidose toxémique.
Si le mental génère trop de toxines, la pratique de la bioanalyse sera salutaire pour modifier la façon de penser et se reprogrammer positivement.

4.L'Ă©tat acido-basique de l'organisme

La vie cellulaire, et partant l'organisme tout entier, présentent un état de fonctionnement idéal lorsque les carences et les surcharges n'existent plus. Il est nécessaire d'exister dans le juste milieu du bon approvisionnement en nutriments et d'un correct nettoyage des déchets existants.
Les troubles observés sont souvent divers d'une personne à l'autre, mais leur origine commune se situe dans un dérèglement de l'équilibre acido-basique de l'organisme.
Il est donc nécessaire de bien connaître la définition de cet état acido-basique, puis de mettre en œuvre toutes les possibilités, alimentaires ou autres, pour le maintenir dans un équilibre générateur d'une excellente santé.
Les troubles bénins, dans un état acido-basique inadéquat, peuvent devenir fort dangereux si cet état perdure ou se dégrade.
Il est donc toujours judicieux d'observer cet état acido-basique de l'organisme pour prévenir les troubles éventuels ou faire cesser ceux qui sont déjà installés.
C'est toute une somme d'informations et de pratiques qu'il faut mettre en usage pour y parvenir. Nous allons présenter ces données dans les prochains développements de cet ouvrage.

< ... >


Si cet extrait vous a plu, vous pouvez acquérir l'ouvrage dans la librairie.

retour Ă  la librairie