retour à la librairie

Les clefs de la nutrition

160 pages
19,00 €

Extrait :

INTRODUCTION

La nutrition harmonieuse

Le fait que nous estimons devoir modifier notre alimentation pour améliorer ou conforter la qualité de notre santé nous entraîne à nous poser plusieurs questions.
Le système d'alimentation habituel, ou alimentation traditionnelle, ne nous semble pas apte à engendrer un état de santé satisfaisant. Cependant, il est adopté par un grand nombre de personnes: il faut donc bien admettre que leur équilibre sanitaire s'appuie sur un certain nombre de normes qu'elles acceptent.
Nous aurons donc à examiner ces normes, à les critiquer - objectivement cela s'entend - et à formuler nos contrepropositions. Cette démarche nous paraît expérimentale ; le lecteur fera ses propres essais, s'il le désire, et conclura. La première norme sur laquelle nous semble s'appuyer l'alimentation traditionnelle est l'hygiène de vie habituellement adoptée. Les critères de cette hygiène sont fortement influencés par les conceptions médicales officielles concernant les bases de la santé, notamment dans le domaine de la microbiologie et de l'immunité organique.
Nous examinerons ces critères qui nous semblent aboutir à une sorte d'hygiène artificielle, tendant à mettre l'individu à l'abri des problèmes sanitaires par l'utilisation d'un arsenal de puissants médicaments, lui ôtant ainsi une responsabilité essentielle dans la conduite de sa vie. En contrepartie, nous nous attacherons à définir les critères d'une hygiène naturelle - ou hygiène vitale - apte à engendrer la santé naturelle, hors d'un système protectionniste outrancier, et faisant appel à notre responsabilité permanente dans la conduite de notre vie et, en particulier, dans le domaine spécifique de la nutrition. Nous examinerons donc, préalablement, ce que nous convenons d'appeler les bases de la santé. Ces conditions générales étant redéfinies, nous nous préoccuperons alors d'observer la qualité des aliments qui nous sont proposés. Les aliments produits dans nos sociétés industrielles par une agriculture utilisant de plus en plus, elle aussi, des techniques artificielles, sont-ils aptes à engendrer chez ceux qui les consomment un état sanitaire satisfaisant ? Poser cette question, c'est s'interroger sur la qualité nutritionnelle des aliments que nous ingérons.
Par ailleurs, et contrairement aux autres espèces animales, les hommes peuvent-ils en toute impunité consommer toutes sortes d'aliments ? Poser cette question, c'est s'interroger sur la spécificité nutritionnelle des aliments. Peut-on, à partir de ces réflexions, tirer des conclusions sur les aptitudes des différents aliments à nous pourvoir en nutriments qui nous sont indispensables ? Ces préoccupations nous mèneront à examiner les caractéristiques des divers produits alimentaires qui constituent communément les aliments de l'homme.
La nature de notre hygiène définie et la qualité de nos aliments déterminée, nous aurons à nous préoccuper des règles de diététique que nous souhaiterons adopter. L'alimentation humaine est passée, en l'espace de quelques dizaines d'années, de l'empirisme ancestral - pas toujours si mauvais - aux normes sophistiquées et parfois excessives de la diététique officielle. Tout en présentant, succinctement, les règles de la diététique équilibrée, nous nous interrogerons sur les aspects positifs de ces règles, mais aussi sur ceux, négatifs à notre sens, qu'elles engendrent et qui sont nocifs pour la santé.
Ainsi, sans nous écarter des mêmes informations scientifiques concernant la physiologie humaine et la biologie générale, nous critiquerons le système de l'assemblage systématique des nutriments de base au cours de mêmes repas, pour proposer notre système des compatibilités alimentaires. Ce sera à chacun de l'expérimenter raisonnablement s'il le désire, puis de conclure. L'objectif des compatibilités alimentaires est de faciliter la digestion de manière à obtenir un meilleur rendement des nutriments disponibles pour l'organisme.
Nous aurons alors à réfléchir sur l'utilisation de ces nutriments : comment sont-ils absorbés puis assimilés ? La pratique de l'approvisionnement systématique de l'organisme en nutriments, si elle résout les problèmes de couverture, de sa croissance et de son entretien, n'induit-elle pas, sur une période prolongée, une surcharge et finalement un encrassement néfaste à la qualité de la santé ?
En réponse, nous présenterons les critères de notre système de modulation alimentaire, dont l'objectif est d'apporter à l'organisme les nutriments qui lui sont nécessaires et seulement ceux-ci.
Mais l'alimentation ne se borne pas aux choix des aliments à absorber et à la manière de les assembler pour les ingérer. Au-delà de ces processus, l'acte alimentaire, s'il a pour objectif d'assurer la survie de l'organisme tout au long de son existence, représente aussi un comportement qui doit assurer notre équilibre psychique par la satisfaction qu'il doit engendrer.
Nous aborderons donc les comportements alimentaires qui peuvent être les nôtres pour que nous puissions, en utilisant les différentes clefs de la nutrition présentées ci-dessus, parvenir à une nutrition harmonieuse.

< ... >


Si cet extrait vous a plu, vous pouvez acquérir l'ouvrage dans la librairie.

retour à la librairie